Epicuria nous livre sa vision de la journée de la femme

Aujourd’hui, nous avons le plaisir d’accueillir sur notre blog Epicuria, une jeune épicurienne, dynamique, aimant sortir et varier les plaisirs. Le sujet du jour : la journée de la femme !

Lorsque je suis sortie de mon immeuble ce matin un homme m’a ouvert la porte, et m’a poliment souri en me souhaitant une bonne journée. Je fus surprise de ce geste, il est vrai que je n’étais pas habitué à ce genre d’égard si respectueux. Ces attentions me mirent en un instant de bonne humeur pour aller travailler.

Une fois arrivé à mon poste, mon directeur vint s’enquérir de mon bien être, de mon avis sur plusieurs dossiers et en pris note. Pour le coup, j’étais perplexe.

Quand vint le midi, nous allâmes déjeuner avec mes collègues dans un chic restaurant – l’un d’eux ayant insisté – et tout au long du repas l’un vérifiait que mon verre était rempli comme il se devait, tandis que l’autre surveillait si j’étais parfaitement à mon aise. Je ne précise même pas que l’addition a été réglée sans que je m’en aperçoive.

Quand je suis rentrée chez moi, Louis, mon concierge, avait déposé un bouquet de fleurs devant ma porte pour que je puisse égayer la coiffeuse dans ma chambre. Il était..

Je me permets maintenant d’arrêter cette histoire qui est bien sûr purement fictive… Mais après tout, pourquoi ne pas s’imaginer cette journée qui est la nôtre ?

Il est vrai que nous n’avons pas encore tout à fait fini notre bataille pour être à la hauteur de cette espèce masculine, mais sachez que du travail a été fait !

A la renaissance, nous n’étions considérées que comme le sexe faible au sens propre (à cause de nos « pertes »). Nos grandes qualités étaient : génitrice, femme de ménage, cuisinière et muette. Ah oui, ça nous faisait une belle jambe !

Et un travail ? Il aura fallu attendre le XIX siècle pour avoir le droit de franchir le seuil des usines. Et en plus, nous avions un emploi du temps rien que pour nous ! (afin que nous ayons le temps de préparer les repas de notre foyer)

Et les études ? Ce n’est qu’en 1924 que les enseignements pour les garçons et les filles seront identiques jusqu’au baccalauréat. L’accès aux enseignements universitaires n’étant pas encore à notre portée.

Une grande année sera celle de 1946 où l’on affirme officiellement et où l’on inscrit dans la Constitution que la femme est l’égale de l’homme. Suite à ce grand changement et aux voix du féministe en pleine ascension, les lois nous protégeant et nous offrant plus de liberté vont émerger : autorisation de contraception, droit d’avorter, sanction contre le harcèlement sexuel…

Certains d’entre nous ont du mal à comprendre l’utilité de cette journée de nos jours. C’est compréhensible, mais si celle-ci est toujours d’actualité c’est sûrement parce que le travail n’est pas complètement fini. De plus, les droits que nous avons d’ores et déjà gagnés ne sont pas forcément égaux à ceux des hommes, mais ils nous sont devenus habituels.

Et disons-le, cela nous fait toujours plaisir d’avoir une journée où l’on ne parle que de nous !

Et puis un jour viendra où nous prendrons le contrôle de la terre !! Mais pas demain, demain j’ai piscine.



PS : Je vous propose maintenant de tester vos connaissances sur l’égalité des sexes grâce à ce quiz.


Bonne journée à toutes (et à tous) !

Epicuria

Un commentaire

  1. #1 jang a écrit le 8 mars 2012 à 13h29 :

    J’ai diffusé le quiz aux ami(e)s dont la plupart est dans un pays asiatique òu l’égalité entre hommes/femmes est encore un problème à réfléchir.

    Merci pour le blog et toutes ces informations.

    On va faire une petite pause pour la journée des femmes.  »Love yourself more.. »

Laisser un message