Archive pour mai, 2011

YouScribe célèbre toutes les mamans !

En panne d’idées cadeaux pour la fête des mères ? Pas de panique ! YouScribe vous a concocté une petite sélection d’ouvrages rien que pour vous ! Il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses.

Dans la catégorie littérature nous vous proposons :

- 2000 ans d’amour - sous la direction de Franck Spengler
Ce très beau recueil, réalisé par un collectif d’auteur (confirmés ou débutants) vous embarquera dans les fantasmes, les zones d’ombre et les folies secrètes de l’amour.
Zebook.com – Format : ePub (sans DRM) – Prix : 5,49 €

- Les Hirondelles ne meurent pas d’Anita Berchenko
Un petit village du sud de la France, des histoires de voisines et de passantes, et pourtant, une même réalité : celle des hommes qui regardent passer les autres sans vraiment s’en préoccuper.

Numeriklivres – Format MOBI File et ePub (sans DRM) – Prix : 3,99 €



- La verticale du fou de Fabio M. Michelli
Un polar original dans lequel une jeune femme assassinée part à la poursuite de ses derniers instants et de son meurtrier.

Ex-aequo – Format Pdf et ePub (sans DRM) – Prix : 4,00 €

Dans la catégorie loisirs et hobbies nous vous suggérons :

- Secrets de famille d’Irène Karsenty

Un indémodable qui revisite à travers 30 recettes les grands classiques de la cuisine traditionnelle.
Marie Claire – Format Pdf (sans DRM) – Prix : 6,90 €



- Relooking et conseils déco de Céline Roger
Un livre idéal pour réaménager et customiser son intérieur à moindre coût.
Éditions Eyrolles – Format Pdf (sans DRM) – Prix : 12,80 €

Et vous, qu’avez-vous choisi d’offrir à votre maman dimanche ?


Quel est le prix idéal d’un ebook?

La solution miracle pour trouver le prix d’un ebook n’existe pas, que l’on soit économiste, éditeur, psychologue ou auteur, mais nous vous lançons quelques pistes, histoire d’ouvrir le débat.

L’ebook est un marché neuf, et il n’est pas toujours facile d’y trouver ses marques. On a encore du mal à estimer la valeur d’un document numérique, et même les professionnels du secteur n’ont pas atteint un consensus sur le sujet.

Bien sûr, tout dépend de la taille, de la nature et du contenu de votre document, mais plutôt que de nous intéresser aux prix pratiqués sur le marché, jetons plutôt un œil à ce qu’attendent les acheteurs. Voici quelques chiffres qui devraient vous aider à mieux vous situer :
- 97 % : c’est la part de Français qui attendent d’un ebook qu’il soit moins cher que son équivalent papier.

- 7 € : c’est le prix moyen auquel ils sont prêts à acheter un roman numérique récent sorti il y a moins d’un an. Pour les romans plus anciens, ce prix tombe à 4 €. Mais n’oubliez pas qu’ils s’appliquent surtout aux acheteurs ayant déjà une certaine notoriété… Alors en attendant de détrôner Stephen King ou Marc Levy, revoyez-les un peu à la baisse !

- 4,50 € : c’est le prix jugé raisonnable par la majorité des interrogés pour l’achat d’une bande dessinée.
Si le document que vous vendez n’est pas un texte littéraire, le mieux à faire est de prendre la température avant de vous jeter à l’eau : à quel prix se vendent les documents similaires au vôtre ? Une fois que vous êtes parvenus à faire une moyenne, fixez votre prix un peu en-dessous de celle-ci, pour rester concurrentiel, tout en ne perdant pas de vue les principes du prix psychologique : un document trop cher ne se vendra pas, un document trop bon marché ne sera pas pris au sérieux.

À vous de jouer !

D’après vous, quel est le prix idéal d’un ebook ? Le débat est lancé dans les commentaires !

Chiffres d’une enquête GFK menée pour livreshebdo.com en février 2010.-


YouScribe s’exporte

YouScribe a récemment ajouté une nouvelle corde à son arc : l’embedding. Grâce à cette nouvelle fonctionnalité, le reader et les documents qu’il contient peuvent être intégrés à votre site ou votre blog.

Aujourd’hui, tout le monde a un blog ou un site… ou même les deux. C’est un moyen de communiquer, une plateforme d’expression, de partage ou de revendication, un espace personnel qui ne cesse de s’adapter aux besoins toujours plus nombreux des internautes. L’époque où la web-publication était limitée simplement au texte brut semble être la préhistoire de l’informatique. À l’heure actuelle, les options typographiques et de mise en page sont innombrables, et il est possible d’intégrer n’importe quel fichier à son article de blog. Il n’est donc pas rare d’y trouver une photo, une vidéo ou un extrait audio. Mais ces trois types de fichier sont-ils vraiment les seuls que vous souhaiteriez intégrer à votre page ?

Internet doit faire face à un paradoxe : alors que les internautes peuvent regarder une vidéo intégrée au milieu d’un article de blog, ils sont toujours obligés de télécharger un fichier pdf avant de pouvoir le consulter. Les solutions sont tout simplement peu nombreuses, peu connues, peu pratiques ou ne répondent pas suffisamment aux besoins des blogueurs et des internautes.

C’est en prenant tout ceci en compte que YouScribe a élaboré son propre reader…
Comme un bon exemple vaut mieux qu’un long discours, je vous invite à lire le pdf ci-dessous. Inutile de le télécharger ! Essayez-le et faites-nous part de vos expériences dans les commentaires !

 



La Genèse de YouScribe

Je souhaiterais tenter ici de remonter à la source de la société YouScribe. Comment expliquer les raisons de sa naissance en 2010 ?

Mais je dois reconnaître que, comme le rappelle la tradition philosophique, tout ce qui fonde vraiment reste obscur. Et ne vaut-il pas mieux qu’il le reste d’ailleurs ?

Un passage dans l’Education Sentimentale de Gustave Flaubert m’a longtemps troublé. Deux des personnages principaux se retrouvent à la fin de leur histoire et débattent sur le contenu véritable de leur destinée réelle.  Je cite le passage dans lequel Frédéric Moreau et Deslauriers essaient de reconstituer le fil continu, le tracé de leur parcours :
Et ils résumèrent leur vie.
Ils l’avaient manquée tous les deux, celui qui avait rêvé l’amour, celui qui avait rêvé le pouvoir. Quelle en était la raison ?
— « C’est peut-être le défaut de ligne droite », dit Frédéric.
— « Pour toi, cela se peut. Moi, au contraire, j’ai péché par excès de rectitude, sans tenir compte de mille choses secondaires, plus fortes que tout. J’avais trop de logique, et toi de sentiment. »
Puis, ils accusèrent le hasard, les circonstances, l’époque où ils étaient nés.
Ce « défaut de la ligne droite », je l’associe à la genèse de YouScribe. Il ne paraît pas si simple de savoir exactement pourquoi on crée une entreprise.

Quand j’ai créé la librairie en ligne Chapitre.com, en 1996, c’était principalement pour réimprimer ou éditer quelques livres épuisés à partir de fonds de bibliothèques. Et c’est devenu plus tard une librairie spécialisée dans la distribution de livres neufs, épuisés ou d’occasion issus d’un vaste réseau d’antiquaires et de bouquinistes. Plusieurs millions de livres sont ainsi vendus chaque année sur le site Chapitre. La ligne droite ici encore, dévie.

D’où vient cette envie, partagée par toute l’équipe de la société YouScribe, d’offrir à tous (à vous !) la possibilité de publier gratuitement tous les écrits qu’ils souhaitent, de les échanger, les partager, les lire ou les vendre ? D’où vient ce désir partagé de faire de l’édition autrement ?

Je me rappelle maintenant ma première activité professionnelle. C’est en 1987. Je suis très désireux de travailler dans la maison d’édition, bien connue, installée en Arles, sur les bords du Rhône. Après avoir passé tant d’années d’études à approfondir les Lettres Modernes, je suis décidé désormais à travailler dans l’édition. C’est du concret, enfin. Au revoir la sémiotique, l’exégèse structurale du mot époux dans l’Aurélia de Nerval, au revoir la recherche sur l’effet stylistique des Complaintes dans la poésie de Jules Laforgue.

Travailler dans l’édition, c’est assurer la synthèse idéale entre les beaux textes, les grands auteurs et leur inscription dans la vie réelle. On me confie alors un rôle de lecteur. Chaque semaine, je vais chercher les manuscrits qui arrivent par la poste. A l’époque, la maison d’édition en recevait 3 000 par an. C’est sûrement beaucoup plus aujourd’hui. Et par dizaines de milliers se comptent chaque année les manuscrits qui cherchent des lecteurs et donc des éditeurs, et qui n’en trouveront souvent pas.

Ce rôle de lecteur, c’est ce qu’on appelle, dans le jargon, le dépotage. Il s’agit de trier, de sélectionner. Un bon dépoteur, c’est celui qui, en quelques pages lues seulement, va être capable de déterminer si le texte vaut ou non la peine d’être lu… par d’autres. Les manuscrits dépotés se répartissent en deux piles : sur l’une, 99% des textes reçus qui ne seront sans doute jamais publiés. Sur l’autre, quelques textes qui auront plus de chances, qui, au moins, seront lus par les responsables de la maison et qui par la suite auront peut-être une existence de texte publié.


Il m’est arrivé de connaître ce bonheur de voir publié un texte que j’avais défendu à fond en comité de lecture. Il m’est souvent arrivé aussi d’être très mal à l’aise dans ce maniement de la serpe. Certes, je comprenais bien que tous les textes ne « méritaient » pas d’être publiés. En réalité, c’était une contrainte du marché plus qu’une question de mérite : il est impossible pour les éditeurs traditionnels comme pour les libraires de présenter une telle quantité de textes dans les réseaux de distribution. Le nombre de nouveautés parues chaque année a énormément augmenté depuis 10 ans (on dénombre près de 60 000 nouveautés dans le secteur de l’édition en France), mais de là à publier tout, non, cela est impossible.

Dans cette illustre maison, le critère de qualité est une nécessité permanente. Un texte est vraiment écrit ou ne l’est pas ; il y a une voix qui jaillit ou en enfilade de mots sans identité. Je pense rétrospectivement que cette méthode appliquée dans les choix reste cohérente et est une condition de succès dans tout projet d’édition traditionnelle. Mais que de textes renvoyés aux limbes ! Que d’auteurs attristés ! Au fond, qui étais-je donc pour incarner ce drôle de pouvoir de séparer ceux qui auraient accès au public et ceux qui n’y auraient pas accès ?

YouScribe, 20 ans plus tard, donne une réponse à cette injustice relative.  Tout ce qui est rejeté dans un circuit de distribution traditionnelle n’a plus de raisons de l’être encore aujourd’hui. Et c’est une chance pour les textes, pour les auteurs et même pour les lecteurs.

On croit souvent que les textes qui ne sont pas publiés par les éditeurs traditionnels ne valent pas la peine d’être lus. Mais c’est souvent plutôt parce qu’ils n’ont pas le bon « format » : un éditeur ne peut pas éditer facilement un livre de 80 pages. Ou alors, ce sont des styles qui ne sont plus à la mode (la poésie, l’épopée). Ou alors, c’est une question de sujets : la plupart des textes que je mettais sur la pile des textes qui seraient bientôt refusés étaient des autobiographies (parfois malheureuses), des récits personnels, des dissertations, des essais, des romans.

Une autobiographie qui ne recherche aucun effet stylistique peut intéresser tel ou tel lecteur bien plus que le dernier roman d’un auteur à succès. Par exemple quand le sujet abordé met en relation un auteur et un lecteur de façon directe sur un sujet partagé en commun. Les souvenirs écrits de mes amis pensionnaires de l’époque peuvent m’émouvoir bien davantage que telle ou telle longueur des Mémoires d’outre-tombe. Ces textes qui retracent des souvenirs de guerre ou simplement de bons moments professionnels partagés avec d’autres, qui peuvent désormais être lus instantanément et de façon permanente sur YouScribe, et gratuitement la plupart du temps, trouvent une vie qu’ils n’auraient pas eue avant.

Rien que pour ces raisons, il valait la peine que nous tentions l’aventure, celle de libérer tous les écrits. Pour nous, tous les textes, tous les auteurs, tous les écrits méritent d’avoir gratuitement accès au public et donc à la publication (qui est une action de rendre public, de faire connaître quelque chose à tous).
C’est vous qui publiez !

Juan Pirlot de Corbion

Fondateur de YouScribe


YouScribe, en quelques mots

La plate-forme YouScribe est ouverte à tous depuis janvier 2011. Tous, particuliers comme professionnels, ont désormais la possibilité de publier gratuitement tous les écrits numériques qu’ils souhaitent partager ou mettre en vente. Tous les fichiers, toutes les publications qui attendent d’être découverts sont les bienvenues : dissertations, thèses, romans, nouvelles, études de marché, présentations professionnelles, catalogues, partitions, CV…

« C’est vous qui publiez », telle est la substance du projet, la devise de la société. Ce n’est pas nous qui choisissons ce qu’il doit y avoir et ne pas y avoir dans le catalogue des publications. Ce sont les utilisateurs de la plate-forme qui choisiront au bout du compte. Notre vocation est de les aider à publier et à diffuser leurs textes. Le site offre par exemple la possibilité d’exporter le reader (le feuilleteur) pour rendre les publications accessibles partout sur la toile (un autre site Internet, le blog d’un auteur ou d’un journaliste…).

Youscribe vous permet aussi de vendre vos documents et de tirer des revenus de votre travail, si vous le souhaitez. C’est vous qui choisissez le prix de vente, le type d’accès (téléchargement, streaming), la taille de l’extrait que vous acceptez de présenter à vos lecteurs. Et naturellement, vous restez propriétaire de vos droits. Youscribe n’a de raison d’être que pour vous faire découvrir de nouveaux lecteurs.

Youscribe est bien plus qu’une bibliothèque ou une librairie en ligne : c’est un réseau social dédié aux écrits numériques. C’est vous qui constituez le catalogue, qui l’évaluez et le classez. Et nous avons voulu vous permettre d’entrer en contact avec vos lecteurs. C’est la raison d’être des fonctions communautaires du site. D’habitude, ceux qui publient et ceux qui lisent ne se connaissent pas, et ont très peu de chances de faire connaissance. Avec YouScribe, les éditeurs, les auteurs et les lecteurs communiquent de façon instantanée !

YouScribe, c’est qui ? Ce sont 10 personnes passionnées de technologies et de lectures qui mettent tout en œuvre pour que le plus grand nombre de textes soient consultables à tout moment, en tous lieux et sur tous les supports de lecture.

Faites-nous part de vos réactions. Elles nous aideront à toujours vous proposer un meilleur service !

Juan Pirlot de Corbion

Fondateur de YouScribe